P- Pour les Pros

Les facteurs d’évaluation de Google: E-A-T contre P-P-P, quoi prioriser pour votre profil d’entreprise?

Il y a beaucoup à dire sur la manière de comprendre les facteurs d’évaluation de Google. Pourquoi « évaluation », quand ce que l’on veut c’est ranker? Pourquoi le placement du site web a-t-il une influence sur le placement du profil d’entreprise? Pourquoi n’en a-t-il pas? Que faut-il comprendre quand les gens parlent de l’EAT? Est-ce que ces facteurs sont pertinents en pratique? Et alors pourquoi s’inquiéter des trois P?

C’est quoi exactement, le EAT?

Le EAT, c’est l’abréviation de expertise, authority, trustworthiness. En français, expertise, autorité et crédibilité.

Bon, voilà pour la partie facile. La vraie question, c’est: en quoi ces concepts sont-ils pertinents quant à l’optimisation de mon GBP? Et la réponse est d’une simplicité qui dissimule une certaine complexité: le E-A-T n’a rien à voir avec votre profil d’entreprise Google. En fait il n’a pas grand-chose à voir avec votre page web!

Hein?

Pour commencer, il faut comprendre que les algorithmes de Google ne s’intéressent pas directement au E-A-T. Ces concepts ont été créés non pas comme critère pour choisir les résultats présentés, mais plutôt comme des facteurs d’évaluation. En effet, qui teste les algorithmes de Google? Qui détermine qu’un site web est un bon résultat pour une recherche donnée? En fait, Google emploie des évaluateurs pour faire ce travail, et ces évaluateurs suivent des directives très détaillées. C’est dans ces directives que se retrouvent les instructions quant au E-A-T. De plus ces trois facteurs servent d’abord et avant tout à évaluer certains contenus, dit « l’argent ou la vie » (Your Money or Your Life, YMYL). C’est à dire les contenus sur des sujets médicaux et financiers. On comprendra qu’il s’agit de sujet où Google veut éviter autant que possible de pousser de la fraude et des contenus conspirationnistes…

Autrement dit, le fameux mantra d’autorité-expertise-crédibilité est destiné aux humains afin d’évaluer les résultats générés par les algorithmes de recherche! Et ces évaluations servent par la suite à affiner ces algorithmes, mais les algorithmes eux-mêmes ne sont pas capables d’évaluer directement ce genre de facteurs. Pour être honnête, je n’aimerais pas penser qu’ils le font! Ce que l’algorithme fait réellement (comme l’humain, en fait), c’est de tenter d’évaluer ces facteurs E-A-T d’une page web par tout un chapelet d’éléments internes et externes à cette page.

Et donc le PPP, ça mange quoi en hiver?

Le PPP, ce sont les trois facteurs cruciaux dans les recherches géolocalisées de Google: la proximité, la pertinence et la proéminence. (Google par plutôt de « distance » mais tenons-nous-en aux trois P, c’est plus joli et c’est ce que tout le monde dit en pratique.) Bon, là j’introduis un nouveau concept: la recherche géolocalisée. Je vais me contenter de dire qu’une recherche géolocalisée… eh bien c’est n’importe quelle recherche pour laquelle Google a décidé que vous cherchiez une entreprise. C’est un peu circulaire, me direz-vous, et vous aurez bien raison! Toutefois elles sont appelées « géolocalisées » pour une bonne raison: les résultats de ces recherches sont entièrement dépendants d’un emplacement géographique. Elles sont donc distinctes de vos recherches habituellement du genre « c’est qui qui jouait le gars, là, dans ce film-là? » Cet emplacement peut être déterminé de manière explicite, par exemple parce que vous avez cherché « restaurant à Trois-Rivières », ou implicite, auquel cas il est plutôt déterminé par votre adresse IP ou le GPS de votre cellulaire.

Examinons donc rapidement la nature de ces différents critères.

Le critère de proximité concerne la distance relative entre l’emplacement de l’adresse du profil et celui de la recherche. Comment est-ce possible si certains profils n’ont pas d’adresse affichée? Eh bien, quand ils ont été créés, ces profils avaient une adresse, et Google conserve cette adresse en mémoire. Comment Google détermine-t-il cette distance si j’effectue une recherche sans être sur place? C’est l’emplacement du point où est situé le nom de la municipalité ou du quartier qui est utilisé:

Autre aspect du facteur distance: Google donne très forte priorité aux adresses situées à l’intérieur du secteur demandé. Donc oui si vous êtes situé juste à côté d’une plus grosse ville et que vous y faites tout votre argent… Google s’en fiche. C’est toujours une situation difficile pour les gens qui se retrouvent littéralement « du mauvais côté de la track de chemin de fer ».

Le critère de pertinence, lui, s’intéresse au pourquoi de la requête. Autrement dit, selon ce que Google sait à propos de ce profil d’entreprise, ce profil offre-t-il le service ou le produit voulu? Est-ce que l’évaluation qui en a été faite par les utilisateurs est bonne? Est-ce que les mots-clés apparaissent sur le profil et le site web lié au profil? Cette dernière question est extrêmement importante dans le cas de services qui n’existent pas dans Google. C’est facile de trouver un peintre en bâtiment: c’est une catégorie de base pour Google. À l’inverse, si vous cherchez quelqu’un pour faire du tirage de joints ou installer un nouveau drain français, Google ne comprend pas ce que vous demandez et la présence du mot-clé en question devient cruciale.

Le critère de proéminence est le plus flou des trois. C’est le qui dans « qui, où, quand, comment, pourquoi ». Ce critère n’est pas affecté par grand-chose dans le profil, à part son âge, et vous ne pouvez affecter cela qu’en créant votre profil d’entreprise le plus tôt possible. En effet, l’âge de l’entreprise tel que vous l’indiquez dans votre profil n’est pas pris en compte, même s’il est affiché. Ce qui intéresse Google, c’est plutôt votre présence ailleurs sur le web. Est-ce qu’il y a des profils sur Yelp, sur Facebook, sur Pages Jaunes, sur RateMD? Y a-t-il des avis sur ces profils? L’entreprise a-t-elle une chaîne YouTube, un compte LinkedIn, un compte Instagram? Et ainsi de suite. Les grandes marques ont souvent un grand avantage dans ce domaine. Par exemple sur certains termes de recherche en habitation, les quincailleries dominent les résultats au détriment des entrepreneurs qui fournissent le service.

À strictement parler, aucun des critères n’est plus important qu’un autre dans tous les cas. Si un des critères est moins bon, un autre critère peut parfois compenser ce défaut. C’est ultimement la combinaison globale de ces trois critères qui déterminera le placement d’un profil dans la liste de résultats.

« Donc les facteurs de Google pour les sites web, je m’en fiche? » Minute papillon!

Je n’ai pas dit ça! J’ai seulement dit que le E-A-T n’est pas un facteur que les algorithmes peuvent évaluer directement, et que ces concepts ne sont pas pertinents pour un profil d’entreprise. Lorsque vient le moment d’évaluer une recherche donnée, la qualité et la pertinence de la page web que vous liez à votre profil d’entreprise sont extrêmement importantes. Suffisamment important pour permettre à un profil qui ne ressortirait pas autrement dans les résultats d’apparaître, ainsi qu’en a fait l’expérience notre collègue Joy Hawkins de Sterling Sky.

Même si votre but premier n’est pas de ressortir votre page web en haut des résultats pour vos mots-clés, cette page doit être quand même optimisée pour le SEO de base. Certaines erreurs peuvent carrément détruire votre placement sur Google Maps. Si votre page n’a aucun contenu parce qu’elle sert à choisir la langue du site web, Google n’en tirera rien d’utile. De même, une page web dont tout le contenu se présente sous forme d’images sans alternative textuelle (alt text) ne peut pas être analysée par Google.

Continuez de lire notre blogue pour plus de contenu Google Local.